Sortir de l’obésité

Le 3 mai dernier L’OMS a tiré la sonnette d’alarme concernant l’obésité en Europe. En effet, I ‘organisation relève que le taux de surpoids et de l’obésité dans cette région atteint le niveau d’épidémie et ce taux continue d’augmenter. Elle ajoute qu’aucun pays n’est capable à ce jour, seul, d’atteindre l’objectif défini par l’OMS qui est d’enrayer la montée de l’obésité d’ici 2025.

Voici les chiffres pour l’Europe :

59% des adultes et près d’un enfant sur trois (29% des garçons et 27% des filles) sont en surpoids ou vivant avec l’obésité. En France, 17% de la population adulte est obèse (plus de 8millons de personnes) selon : www.solidarites-sante.gouv.fr Le surpoids et l’obésité figurent parmi les principales causes des décès et d’invalidité en ans Europe. En France chaque année l’obésité tue 180 000 personnes. 

Ce constat est plutôt alarmant !

L’obésité est une maladie définie par un fort excès de poids. C’est une maladie évolutive chronique et multifactorielle. C’est un facteur de risque d’autres maladies chroniques : diabète de type 2, maladies cardio vasculaires, respiratoires, hypertension artérielle, cancers. De plus elle peut avoir des conséquences sociales et psychologiques.

Quelles solutions ?

La plus courante mais sûrement la moins sûre : le régime.
Est-il efficace ?

Attention ! Sous emprise de communication médiatique et d’injonctions de beauté, de bien être et autres, beaucoup de personnes en situation d’obésité ou surpoids vont vers les régimes restrictifs. Traumatisant pour l’organisme, ils peuvent être efficaces qu’à court terme.
Pour 94% de personnes c’est un échec à long terme car notre organisme n’aime pas les restrictions et finira par nous faire « craquer ».
S’en suit la culpabilité, le mal être et le cercle vicieux de prise de poids, et pour certain l’autoroute vers les troubles de comportement alimentaire. De plus les régimes dérèglent le métabolisme de base de l’organisme en favorisant le fameux effet « yoyo ».


C’est donc tout à fait le contraire : le régime peut être considéré comme une cause majeure d’apparition de l’obésité.

Alors que faire, régime ou pas ?

Une large question. Des régimes restrictifs, certainement pas, le résultat risque d’être contraire aux attentes. Par contre, pour beaucoup réapprendre à s’écouter, à écouter ses sentions liées à la faim et la satiété, oui. Pour certain rééquilibrer, diversifier leur alimentation en vue d’une meilleure santé.

amaigrissant nîmes

Il faut comprendre que notre organisme est programmé des la conception à un certain poids. Et peut être même que ce poids n’est pas du tout celui qui nous fait rêver. Notre organisme va tendre toujours vers ce poids. SI nous sommes à notre écoute, nous garderons ce poids. Par contre, en cas de restrictions l’organisme va agir. Au début avec les signaux d’alerte : la faim, la frustration et les envies de manger. Et ensuite il va se protéger et diminuer ses dépenses au repos. Tous ça est très logique d’ailleurs. Sauf si une fois le métabolisme de base déréglé, les vrais problèmes commencent : après une première perte de poids, souvent rapide (surtout de l’eau et du muscle), plus rien. C’est la stagnation. Et on s’affole, alors on se restreint encore …et… on ne perd plus de poids et pire on grossi. Et on ne comprend plus rien. C’est l’effet yoyo qui commence. C’est simple, ayant le métabolisme de base abaissé, manger très peu c’est déjà trop. De plus, l’organisme stressé met en place des stratégies d’adaptation et de défonce pour revenir à SON poids et bloque les mécanismes de perte de poids. Au fur et à mesure des régimes ces mécanismes de défonce s’endurcissent. C’est la marche vers l’obésité.

Comment faire ?

Reconnaitre que l’obésité est une maladie et que les principaux facteurs déclenchant sont : les spécificités génétiques, les souffrances psychologiques (la nourriture joue un rôle de compensation), la prise de certains médicaments, les dérèglements hormonaux, le manque de sommeil. Ne pas oublier que la sédentarité augmente le risque de surpoids et de l’obésité !

Pourquoi un régime fait grossir ?

Une large question. Des régimes restrictifs, certainement pas, le résultat risque d’être contraire aux attentes. Par contre, pour beaucoup réapprendre à s’écouter, à écouter ses sentions liées à la faim et la satiété, oui. Pour certain rééquilibrer, diversifier leur alimentation en vue d’une meilleure santé.

Et alors ?

Ne pas attendre en culpabilisant que le surpoids ou l’obésité soient trop avancés mais tout de suite se diriger vers les professionnels qui sont formés et qui sauront vous aider. Cette maladie a besoin d’une prise en charge pluridisciplinaire : médicales et/ou paramédicales (diététiciens, psychologues, kinésithérapeute …). L’objectif ne doit pas être LE chiffre sur la balance ! Il faut soigner la personne malade et non pas ce chiffre. Stopper la prise de poids, sortir du schéma de la perte/prise de poids, enclencher une perte de poids si possible, accepter son corps – tout cela pour améliorer la qualité de vie de la personne.

Pour conclure

Le maitre mot est la patience ! Ce n’est pas simple mais il faut déjà sortir du cercle vicieux des régimes, se faire aider par des professionnels de santé. Retrouver les sensations alimentaires, le plaisir de manger et la convivialité des repas. Effectuer des changements nécessaires pour que l’alimentation soit au service de votre santé et peu à peu, stabiliser son poids voir enclencher une perte de poids durable